En vedette

Volume 5, numéro 2 | Printemps 2009

Lire un extrait

Nos chroniques

  • Société
    Vivre en coupe et vie de coupe
  • Nature
    Le lièvre d'Amérique : un séducteur scatologique
  • Au-delà
    Du bambou, du bambou, du bambou...
  • Rencontre
    Créer des leaders : fabriquer sa richesse
  • 5 sur 5
  • Découverte
    Deux bijoux forgés dans l'eau et la terre
  • Chronique des verts
    Fabriqué un nichoire facile!
  • Économie
    Poser des questions, chercher des réponses
  • Saveur du trimestre
    Six-pâtes à la viande sauvage
  • L'histoire du gars

Sommaire

Dossier Spécial
Foresterie urbaine

Sauriez-vous distinguer les photos d’une cour de la banlieue de Val-d’Or, de Laval et de Salt Lake City ? Probablement pas. Sur les trois photos, on risquerait fort de voir une vaste pelouse verte. La pelouse, c’est propre, C’est aussi anglais et, avec le temps, l’esthétisme de nos colonisateurs s’est répandu assez uniformément. Mais comment rendre notre cour plus boréale, plus représentative de notre milieu de vie? En plantant des arbres!

Des intrus dans ma cour

Des oiseaux pour presque rien

L'arbre qui cache... la ville!

Aménager sa terre et récolter plus que du bois

Ligniculture

Garantir les rendements

Sauvons le caribou forestier!

Misez sur votre fibre entrepreneuriale

Une solution verte pour la construction non résidentielle

La forêt qui se mange

Avec l’arrivée du printemps, une ressource sous-estimée renaît. Sous nos pieds, un potentiel inexploité que l’on côtoie souvent, sans vraiment le voir, se réveille. On les appelle PFNL. Curieusement, ils portent un nom qui dit plutôt ce qu’ils ne sont pas! Ce sont les produits forestiers non ligneux.

Profession chercheur

Guy Larocque

Les ressources fauniques en région

Où en sommes-nous?

Coupe totale

Quand protéger les sols ne convient pas