En vedette

Volume 9, numéro 1 | Hiver 2013

Lire un extrait

Nos chroniques

  • Société
    Pour dieu et pour la patrie
  • Nature
    Le petit fantôme de nos forêts
  • Cinq sur Cinq
  • Découverte
    Un peu d'alchimie
  • Économie
    Nouveau gouvernement à Québec, tant de dossiers à régler, si peu de temps et d'argent
  • Rencontre
    Travailler : Rencontre avec Alain Héroux, producteur de bois privé
  • Chronique des verts
    Davantage d'aires protégées pour l'Abitibi-Témiscamingue
  • Vous avez un message
    Le mystère de la forêt

Sommaire

L'Anishinabeg des temps modernes, toujours attaché à sa culture

Le peuple anishinabe occupe pratiquement tout l'ouest du Québec, mais c'est en Abitibi et dans le Témiscamingue que sa présence est la plus marquée alors qu'on y trouve sept communautés. Pourtant, le «peuple invisible», comme le décrivait Richard Desjardins, est très mal connu, même de ceux qui côtoient les Anishinabeg quotidiennement.

Dans la forêt, avant l'arrivée de l'homme-blanc

Les Algonquins sillonnaient la forêt boréale bien avant que l'on définisse l'Abitibi-Témiscamingue, et les Cris parcouraient la taïga bien avant que l'homme blanc nomme le Nord-du-Québec. Avant la colonisation de l'homme blanc dans les régions du Nord, la forêt étaient différente.

La vie pénible des gens heureux

Le bois, tout feu, mais pas tout flamme : vers la construction multiétage en toute sécurité

Un petit coup de main à la nature : Aménager des habitats fauniques dans les airs, par terre et même sous l'eau!

La rouille vésiculeuse du pin blanc : Savoir, contôle et innovation

Est-ce que je peux reconnaître mes arbustes en hiver ?

Îlots urbains au nord du 50e parallèle

Les granules de bois de deuxième génération : les promesses de la torréfaction

L'élagage des peupliers : équilibre entre saison et intensité

Je cherche, donc je suis

Des AIPL pour l'Abitibi-Témiscamingue